SEQUANTA Chronicles

[Avis d’Expert] L’IoT pour prévenir les épisodes neigeux qui paralysent les métropoles ?

Si la neige fait la joie des stations de ski, elle devient très vite un cauchemar pour les grandes métropoles, où elle est plutôt synonyme de voitures bloquées et de paralysie économique, comme l’attestent les derniers épisodes neigeux de décembre 2017, notamment à Lyon.

Même si les villes ont à leur disposition un ensemble de dispositifs de maintien et de rétablissement des conditions de circulation (communément appelé «Viabilité Hivernale»), cela n’est pas suffisant. Pour fonctionner, ces dispositifs se basent principalement sur des informations issues de modèles de surveillance météorologiques couplés à un ensemble de scenarii de prévisions. Des systèmes de modélisation et de prévision qui par nature ne sont pas assez localisés et n’exploitent pas suffisamment les données d’observation pour être utilisés de manière efficace.

Par ailleurs, ces dispositifs coûtent très cher à la collectivité : à titre d’exemple, la Direction Interdépartementale des Routes de l’Est a déboursé près de 5 millions d’euros (hors coût de personnels) lors de la saison hivernale de 2015/2016, pourtant relativement clémente.

Mais comment est-il encore possible qu’à l’ère des « smart-cities », les grandes métropoles se fassent encore surprendre ?

L’IoT pour mieux anticiper localement

Pour maintenir les conditions de circulation et mieux préserver l’environnement en limitant l’usage de sel et autre dérivés, le mot d’ordre est donc : anticipation localisée. Anticiper de manière localisée, c’est être en mesure de définir quels sels ou produits dérivés répandre au moment idéal, pas trop tôt ni trop tard, pour que cette opération agisse localement efficacement contre la formation du verglas ou évite que la neige tienne au sol, aux endroits strictement nécessaires.

Avec l’avènement de l’internet des objets (IoT), les technologies de l’information et de la communication offrent un levier économiquement rentable en matière d’anticipation afin de mailler un territoire large, de manière extrêmement fine, pour mesurer en continu et surveiller en temps réel.

Il est par exemple possible de placer des capteurs miniatures intelligents à des points stratégiques pour mesurer la température de la chaussée ou l’humidité de l’air en continu. Les exploitants accèdent à ces données via le web et suivent en temps réel, l’évolution de courbes de température et d’humidité, pour surveiller le « point de rosée » également appelé « point de givre ».

Des enjeux économiques et environnementaux

Le réseau routier est sans conteste un des piliers de notre économie ! Le maintien en condition opérationnelle des infrastructures routières et du réseau de voirie des métropoles est aujourd’hui possible en associant l’IoT et les plans de « viabilité hivernale », tout en optimisant les ressources humaines et matérielles déployées.

La remontée en temps réel des données, en complément des prévisions et des modèles de Météo-France, enrichi le processus d’aide à la décision des collectivités pour réagir plus rapidement face à des phénomènes souvent très localisés. La fiabilité, la précision et le caractère immédiat de l’information obtenue grâce à ces nouveaux systèmes basés sur l’IoT confèrent une plus grande agilité à moyens et ressources constants.

In fine, l’objectif est d’optimiser l’usage des moyens humains et matériels, tout en limitant la consommation de fondants pour une plus grande maîtrise des coûts du dispositif.

Il est donc temps de cesser de théoriser sur ce que l’IoT peut apporter aux villes et utiliser concrètement les nouvelles technologies pour améliorer le quotidien des citoyens. Des solutions simples et accessibles existent pour rentrer véritablement dans l’ère de la Smart City, notamment en ce qui concerne les crises météorologiques, charge aux villes de s’en saisir, la balle est dans leur camp !

a voir également