SEQUANTA Chronicles

Cloud, Edge computing, à quel échelon effectuer le traitement de la donnée à l’ère de l’IIoT ?

Face à l’accélération de la compétition mondiale, les industries de tous les secteurs actionnent le principal levier de croissance qui se dessine : la transformation numérique. Alors que le Cloud Computing vecteur principal de cette transformation s’impose dans toutes les organisations, le Edge Computing apparait comme le catalyseur clé pour tirer tout le potentiel de l’Internet des Objets. Cloud et Edge computing, des échelons complémentaires pour offrir un niveau optimal de traitement et stockage des données, selon leurs finalités et leurs degrés de sensibilités.

https://www.sequanta.io/wp-content/uploads/2018/09/industrie40.png
IoT et IIoT ou Industrial internet of things

Il n’existe pas de définition standardisée du concept toujours en évolution de l’Internet des objets ou Internet of Things (IoT).

On peut toutefois proposer une ébauche de définition le présentant comme un réseau constitué d’objets communicants, connectés entre eux à travers différents réseaux de télécommunications et de protocoles de transmissions de données et surtout des algorithmes Adhoc de traitements de la donnée dans le Cloud, le Fog ou « on the Edge of the network » pour donner toute sa valeur à la donnée.

Ces appareils électroniques sont communicants et plus ou moins intelligents selon qu’ils intègrent des capteurs, un processeur et des algorithmes d’analyse de données et un composant radio qui leur permettent de recevoir des informations et de livrer des données/informations.

Selon les applications et le débit relatif au volume de données requis, ils communiquent via un réseau sans fil (Wi-Fi, réseaux de téléphonie mobile, réseau radio à portée étendue, réseau longue portée …), qui les relient à Internet ou à un réseau local.

Parallèlement, l’Industrie 4.0, industrie du futur, ou smart manufacturing,… sont les différents termes qui expriment la transformation numérique du fonctionnement global des entreprises industrielles à l’ère de l’ IIoT ou Industrial internet of things.

Cette mutation, considérée comme la quatrième révolution industrielle, est inéluctable pour soutenir la compétitivité et le leadership des entreprises. Elle offre par ailleurs un énorme potentiel d’innovation, de rentabilité et de croissance.

Elle consiste pour les industriels à utiliser les réseaux d’objets intelligents pour augmenter la rentabilité des activités en améliorant toute la chaine de valeur en passant par la surveillance des actifs, le contrôle de la qualité, l’optimisation de la productivité, ou encore la performance de la maintenance prédictive.

Selon l’étude « Industrie 4.0_ Opportunities and challenges of the industrial Internet » de PWC, d’ici à 2020, 1 milliard d’objet connectées auront investis les usines, 80% des entreprises auront digitalisé leur chaine de valeur et la productivité connaitra une croissance de 18%.

Cloud computing pour plus d’agilité

Les données sont centralisées, dans des data centers délocalisés souvent redondés pour des raisons de sécurité, qui offrent une puissance de calcul et de stockage supérieure aux capacités envisageables sur site.

Via le Cloud computing, les industries se sont libérées du coût et de la charge d’héberger leurs serveurs et applications en interne tout en ayant accès aux données exploitables en tous lieux et à n’importe quel moment, à moindre coût.

Particulièrement adapté à la gestion centralisée et sécurisée d’énormes volumes d’informations, son utilisation induit par ailleurs un temps d’aller-retour virtuel et physique qui s’avère plus au moins sensible en fonction de la criticité de la donnée en question.

Conjointement, les milliards d’objets connectés vers lesquels nous tendons vont générer un volume colossal de données qui ne peuvent ni ne doivent être gérées par les réseaux traditionnels autant en termes de flux de données que de temps de réponse. On voit bien que la question de la latence dans la remontée et l’échange des données est un enjeu crucial.

https://www.sequanta.io/wp-content/uploads/2018/09/linkedin-Banner___edge.png
Le Edge computing pour plus de réactivité et d’efficacité

Selon wikipedia, en informatique, une passerelle (en anglais, gateway) est le nom générique d’un dispositif permettant de relier deux réseaux informatiques de types différents, par exemple un réseau local et le réseau Internet.

Les données sont la pierre angulaire des décisions informées, et le Edge Computing est justement l’échelon de traitement de la donnée permettant l’accès le plus rapide à l’information car réalisé dans le capteur ou la passerelle à la périphérie, au plus proche du point de collecte de la donnée. Ce traitement rapide, sur site, s’affranchit des allers-retours avec le cloud.

La puissance de calcul est déportée au niveau du réseau de capteurs pour en tirer la valeur en temps réel. L’information nécessaire à l’action/réaction est immédiatement disponible ce qui décuple la puissance de l’IoT pour les applications ou le temps réel est le nerf de la guerre.

Il est par essence le modèle idéal de traitement des données les plus critiques en termes de temps. Elles sont captées et prétraitées ou traitées en embarqué, sur les capteurs même, en bord de réseau, « at the edge of the network », laissant au Cloud computing les analyses à postériori.

La puissance de calcul embarquée au niveau du Edge computing offre une plus grande efficience pour la mise à disposition des informations critiques et utiles. Le traitement et le stockage sur la passerelle permettent de réduire la quantité de données en transit vers le Cloud et donc réduire la bande passante.  Le réseau est décongestionné, plus fiable, et seules les informations contribuant à une analyse approfondie sont transférées vers un data center centralisé.

Le Edge computing offre l’efficacité et la réactivité nécessaire pour des données critiques en temps réel. En plaçant des ressources de calcul en bordure de réseau, il garantit le fonctionnement de sites différenciés indépendamment d’éventuelles défaillances à la base et offre à la fois fiabilité et résilience.

Corrélativement, il répond à l’exigence de moindre pollution nécessaire pour pallier à la croissance exponentielle des flux d’informations issus de l’Internet of Everything.

Selon Trendforce, le taux de croissance annuel du edge computing dépassera les 30 % de 2018 à 2022.

https://www.sequanta.io/wp-content/uploads/2018/09/alliance-1.png
Cloud et Edge computing l’alliance gagnante

Dans un monde idéal, le traitement des données est priorisé pour que le temps d’obtention de l’information cruciale soit réduit au minimum et le trafic sur l’infrastructure réseau est organisé pour être allégé au maximum. Cette organisation repose sur des objets intelligents ajustés au besoin, un réseau de communication adapté et une plateforme pertinente proposant outils d’analytics et de data visualisation pour bénéficier pleinement de la puissance de l’IIOT.

Cette infrastructure de traitement, qui réduit les coûts d’hébergement et de stockage des données, offre la vitesse de traitement appropriée en fonction des types de données requis et de leurs objectifs, ce qui aboutit à une gestion optimisée de l’énergie.

elecharger_market_trend

a voir également